Retour en France

Publié le par Sam

Carte de Chine, départ de Shanghai
Cela fait déjà près de deux semaines que je suis rentré en France, certes. Mais il est clair que je n'allais pas prendre le temps de mettre ce blog à jour tout de suite... C'est donc avec un peu de recul que je raconte cette dernière aventure. Mon avion décolle le 10 août, à 11h. Je boucle donc ma valise le 7 août pour la réouvrir le 13. Pas logique ?! Alors je raconte toute l'expédition.

Tout commence avec l'état des lieux de départ. Nous demandons à notre propriétaire de nous rencontrer quelques jours avant, afin de récupérer la caution. Il viendra nous voir le 6 août. Parfait. Nous avons le temps de trier nos affaires, de préparer des cartons à réenvoyer en France et de faire le ménage. Le jour même, notre propriétaire nous appelle. Il est bloqué à Shanghai à cause du typhon, dont vous avez aussi pu entendre parler en France. Ce même typhon qui a tué de nombreux innocents à Taïwan. Ce même typhon qui nous a fait croire quelques instants que nous resterions bloqués quelques temps à Shanghai. Le propriétaire ne rentrera à Beijing que le lendemain. Il peut être vers midi chez nous. L'annulation de son vol nous inquiète. Notre avion part dans quatre jours. Nous regardons toutes les météos disponibles sur internet. On nous annonce de la pluie qui recommence le jour de notre départ... mais pas d'orage. Ouff

Notre proprio arrive le lendemain et l'état des lieux se passe parfaitement. Il voit que tout est en ordre. Il relève les compteurs d'eau, d'électricité et de gaz, et il calcule les charges. Nous sommes plus qu'étonnés. Nous y avons vécu quatre mois avec entre autres quatre climatisations, deux réfrigérateurs, deux ballons d'eau chaude et trois ordinateurs. Nous devons à peine 35€ de charges électriques. Au final, nous récupérons près de 120€ chacun sur notre caution. De quoi faire quelques cadeaux... en fonction de l'espace restant dans les valises.

L'après-midi, c'est opération valises. Je trie toutes mes affaires. Certaines, draps et couvertures, resteront dans l'appartement. D'autres rentrent dans ma valise pour un retour avec moi en France. Encore d'autres, toujours pour un retour avec moi en France, entrent dans mon sac de randonnée, ou bagage à main. Les dernières affaires sont tout simplement jetées ; beaucoup de vêtements le méritent. Je réussis à boucler ma valise cet après-midi du 7 août, juste avant notre dernière soirée à Beijing.

Dernière soirée où nous avons bien sûr invité des amis à prendre l'apéro et des pizzas chez nous, avant de partir à Sanlitun, le quartier des bars et des rencontres. Comme toutes les soirées à Beijing, nous rencontrons des gens hors du commun. Cette soirée-ci, c'est Kungfuman qui me marque. Sur le dancefloor, un petit chinois avec une coupe au bol. Il porte une chemise toute blanche, boutonnée jusqu'en haut. Il effectue des geste de Kungfu au rythme de la musique. Je me joins à lui dans son Kungfu pour délirer. Il rigole. Je deviens fan de Kungfuman, et je ne suis pas le seul. Nous sommes plusieurs Français à délirer avec lui. Ainsi qu'une Anglaise. Une jeune blonde, en robe noire de soirée moumoutée au niveau de la poitrine. Elle ne le quitte pas des yeux, c'est incroyable. Plus tard dans la soirée, nous discutons avec lui. Il vient de Mongolie intérieure, il est en vacances à Beijing et adore le Kungfu. Il nous fait quelques dernières démonstrations à l'extérieur. Dernière soirée à Beijing et encore des histoires à raconter.

8 août, anniversaire de l'ouverture des Jeux Olympiques 2008, nous quittons Pékin. Ce soir, nous prenons le train pour Shanghai, d'où notre avion décollera. Dernière balade dans le quartier de Wangfujing à la recherche de livres et bandes dessinées. Dernier Sunday chinois au Mc Donald's. Dernière fois que nous voyons notre colocataire. Mais pas tant de dernières fois que ça ; avec Patrick nous n'avons que peu de temps. Nous nous baladons gentiment en début d'après-midi et prenons un taxi pour nour rendre au bureau de poste. Nous devons être chez nous dans moins de trois heures, nous avons largement le temps. C'est sans compter sur la circulation dans le centre de Beijing un samedi après-midi. Près de deux heures au lieu d'une demi-heure pour nous y rendre. Nous devons reprendre le métro immédiatement pour suivre notre planning. Mais nous devons envoyer nos affaires en France. Nous faisons vite. C'est ainsi que je peux envoyer une peinture chinoise que je me suis offerte, trop large pour ma valise. Je rajoute quelques vêtements au colis. Et c'est parti, en même temps que quelques cartes postales. Heureusement que nous avions pris beaucoup d'avance pour arriver à la gare.

C'est fatigués que nous arrivons à la gare de Beijing. Nous arrivons avec un quart d'heure d'avance, ce qui signifie que tous les passagers ou presque sont déjà installés dans le train, ce qui signifie qu'il nous est difficile de poser nos valises et autres sacs. Heureusement, nous rencontrons des Chinois qui parlent anglais, qui nous aide avec nos bagages, qui nous aide à demander aux gens de se déplacer pour que l'on soit à côté. Et il est rare de rencontrer des chinois qui parlent anglais dans un wagon sièges d'un train long de treize heures. Treize heures où nous essayons de dormir, mais entre les Chinois qui discutent - crient ? - entre eux, les Chinois qui discutent avec nous, en anglais ou en chinois, et les sièges trop durs et trop droits, nous avons beaucoup de mal à dormir. Tant pis, nous dormirons dans l'avion, ou pas.

Il nous reste à peine vinqt-quatre heures à Shanghai avant le décollage de l'avion. Nous nous baladons sur la grande avenue piétonne de la ville : Nanjing Lu. L'avenue qui part de la grande place du peuple et qui atterit sur le Bund. Nous découvrons de très nombreux travaux, bien plus qu'en mars. Tous ces échaffaudages annoncent l'exposition universelle qui aura lieu à Shanghai en 2010. En moins de vinqt-quatre heures nous pouvons aussi apprécier - humm... - la chaleur aussi insuportable à Shanghai qu'à Beijing en été. Alors qu'il faisait plus froid qu'à Lyon en février et mars.

Tout se passe bien le 10 août pour aller jusqu'à l'aéroport, pour enregistrer nos bagages, pour passer la sécurité, etc. La météo est bonne, contrairement à ce que les prévisions annonçaient les deux jours d'avant. Notre avion n'a qu'une heure de retard, nous ne raterons pas notre correspondance. L'avion Londres - Lyon est à l'heure. Nous arrivons même avec un quart d'heure d'avance à Lyon. Je suis content de ne pas faire attendre Julian et Maïté qui ont la gentillesse de venir me chercher à l'aéroport et de m'héberger cette première nuit ; il est quand même 23h15 quand mon avion atterit. Mais c'est sans compter le stress que m'inflige British Airways. Ma valise est-elle là ? Ah oui je la vois au fond. Non, c'est vrai que depuis l'aller où ils ont cassé la mienne, je n'ai plus de valise noire mais beige. Ah, peut-être celle qui vient d'apparaître. Non, toujours pas. Cinq minutes plus tard, Patrick voit la sienne. La mienne ne peut pas être loin. Encore cinq minutes plus tard, je demande à Patrick de continuer à surveiller, je pars chercher quelqu'un qui pourra me renseigner. Ma valise est encore à Londres. Youpiiii ! Elle gagne donc un tour Chronopost aux frais de British pour se retrouver jusque dans ma Sarthe parentale. Voyons le bon côté des choses, je voyagerai léger le lendemain, pour rentrer au Mans.

Je sors donc de la zone de récupération des bagages. Julian et Maïté sont là. Ils brandissent une banderole me souhaitant un bon retour à la maison. Et comme ils s'inquiètent de ma réintégration, ils m'ont écrit ça en chinois. Génial ! MERCIIIII ! Ils sont trop forts !!

Une nuit chez eux à prendre des nouvelles des potes de l'INSA, un trajet jusqu'au Mans excessivement court grâce au TGV plus tard, je retrouve mon papa à la gare du Mans. Je retrouve ensuite ma maman à la maison. Et parce que si je retrouvais tout d'un coup d'un seul ce ne serait pas drôle. Alors je revois ma famille et mes amis au compte-gouttes, à coups de récuparation à l'aéroport, de récupération à la gare, d'enterrement de vie de garçon, d'anniversaires, de retour de vacances, de retour en week-end, ... Me voici maintenant rentré en France, après une aventure chinoise plus que géniale ! J'en ai vu beaucoup. Il m'en reste encore plein d'autres à retrouver...

Et parce que si j'avais ma valise tout de suite, ce ne serait pas drôle non plus, elle n'est arrivée que le 13 par Chronopost.

Publié dans Mes aventures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
<br /> Ca y est tu t'es enfin décidé à jeter tes T-shirts orga 24 ?<br /> <br /> <br />
Répondre
N
toujours adoré lire tes histoires héhé!
Répondre